pleias
FMhistoriquequestionsFM Célèbresloge-brestPrésentation Pleiasnos-travaux.htmlpostulergodfGODFconstitutionloges du GODFvisiteursVisiteurscontact fil

"... elles sont l'avenir de l'Homme"

Quelques Franc-maçonnes

Joséphine Baker Franc-maçonne à la Grande Loge Féminine de France Brest en 1959Joséphine BAKER, (1906-1975) de son vrai nom, Freda Josephine McDonald. Chanteuse, danseuse, actrice et meneuse de revue du music-hall d'origine métissée afro-américaine et amérindienne des Appalaches. Après une courte carrière de danseuse aux USA, elle s'installa à Paris en 1925. Elle opta pour la nationalité française en 1937. Lors de l'occupation allemande, Joséphine Baker fut recrutée par le 2e Bureau. Mariée en 1947, elle acheta le domaine des Milandes en Dordogne. Elle y accueilli douze enfants de toutes origines qu'elle a adoptés et qu'elle appelait sa "tribu arc-en-ciel". Le courage et l'engagement résistant de Joséphine Baker lui vaudront d'être décorée Chevalier de la Légion d'Honneur par le Général de Gaulle lui-même en 1961. En 1964, Joséphine Baker retourna momentanément aux États-Unis pour soutenir le mouvement des droits civiques du Pasteur Martin L. King. Elle fut initiée par la Loge "Nouvelle Jérusalem" de la Grande Loge Féminine de France, le 6 mars 1960.


Clara BARTON Franc-maçonne
Clara BARTON, (1821-1912) Fille d'éleveur de chevaux, elle fut enseignante et infirmière humanitaire. Elle fonda en 1877 le Comité National Américain qui devint en 1881 la Croix Rouge Américaine. Elle fut initiée à "l'Eastern Star" par Rob Morris, fondateur de l'ordre. Affiliée en 1906 au "Chapitre Clara Barton" à l'Orient d'Oxford dans le Massachusetts.


Marie BÉQUET DEVIENNE Franc-maçonneMarie BÉQUET DE VIENNE, (1854-1913) Issue d'une famille bourgeoise de Bourgogne, Marie Béquet de Vienne a 17 ans lorsqu'elle assiste à la Commune de Paris. Initiée à 39 ans, elle fut parmi les pionnières du Droit Humain en étant membre fondateur de la Loge mixte « Le Droit Humain » créée le 4 avril 1893. Elle fut élue dans le premier Collège d’Officiers. En 1896, Marie Béquet de Vienne créa la troisième Loge du Droit Humain à Rouen. Elle en fut Vénérable pendant 4 ans. Généreuse, active, intelligente, pendant 40 ans elle créa des œuvres sociales, les anima et les soutint. Elle fonda un Centre maternel et Foyer de l'enfance et fut une grande figure de l'aide sociale. La fondation qu'elle a créée continue à fonctionner 9 rue Jean-Baptiste-Dumas à Paris.

Annie Besant Franc-maçonneAnnie BESANT, (1847-1933) Théosophe, conférencière. Issue d'une famille anglo-irlandaise, cette féministe anglaise prit part à la lutte ouvrière avant de devenir membre de la Société Théosophique. À partir de 1893 elle vécut surtout en Inde où elle découvrit Krishnamurti et prépara activement le pays à l'indépendance. Annie Besant fut l'une des fondatrices en 1893 de l'ordre maçonnique The Order of Universal Co-Freemasonry. Ce fut d'ailleurs, en uniforme de maçon, qu'elle participa à la manifestation des femmes suffragettes au moment des cérémonies de couronnement de George V en juin 1911.

marie Bonnevial Franc-maçonneMarie BONNEVIAL, (1841-1918) Institutrice laïque d'origine modeste. Elle fut une des premières institutrices de l'enseignement public. Elle fut limogée pour avoir aidé les victimes de la Commune. Elle s'investit par la suite dans l'enseignement professionnel des jeunes filles et le syndicalisme, ainsi qu'à la Ligue de l'Enseignement. Initiée le 3 novembre 1893 dans la première Loge du Droit Humain. En 1895 elle créa, à Lyon, la Loge n° 2 nommée "Évolution et Concorde". En 1904 elle créa la Loge n°4 dont le titre distinctif porte aujourd’hui son nom. Elle reprit ses fonctions de soignante lors du premier conflit mondial. Elle fut Grande Maître de la fédération du Droit Humain.

Berthe BOUCHET, née Boulanger (1896-1945) Berthe Boulanger fut infirmière volontaire dans un hôpital à partir de 1916 pendant la 1re guerre mondiale où elle rencontra son futur mari Émile. Son mari, militant des Droits de l'Homme et Franc-Maçon meurt des suites de ses blessures. Jeune veuve, Berthe fut initiée en 1930 par la Loge n° 36, "Paix-Humanité" n°36 du Droit Humain à l'Orient de Nancy. Sept ans plus tard, elle deviendra la première femme vénérable de cette Loge. Fonctionnaire engagée dans le Parti Radical et à la Ligue des Droits de l'Homme, elle fut révoquée par le régime de Vichy à cause de son appartenance à la Franc-maçonnerie. Arrêtée le 20 mai 1943 par la Gestapo pour fait de résistance, elle fut déportée à Ravensbruck sous le matricule 27069. Elle meurt gazée au printemps de 1945. Berthe Bouchet était la grand-mère maternelle du ministre Jack Lang. Le signe distinctif de sa Loge mère porte son nom et devient "Paix-Humanité-Berthe Bouchet"

Eliane Brault Franc-maçonneÉliane BRAULT, (1895-1982) Agrégée d'Histoire, auteure et femme politique antifasciste, progressiste et féministe. Elle fut dans les années 30, une dirigeante du Parti Radical. Résistante de la première heure, elle rejoignit la France Libre. Elle fut parmi ceux qui œuvrèrent pour une Franc-Maçonnerie ouverte aux femmes. Elle fut initiée le 28 juin 1927 à la Loge d'adoption "Union et Bienfaisance" de la Grande Loge Féminine de France. Elle fonda en 1930, avec d'autres sœurs de sa Loge, l'atelier d’adoption « Le général Peigné. Eliane Brault en fut "vénérable" de 1934 jusqu'à la guerre. Elle appartint également aux loges d’adoption "La nouvelle Jérusalem" et "Minerve". Elle quitta la GLFF en 1948 pour s'affilier à l'Ordre Mixte international du Droit Humain (DH). En 1973, elle fut membre fondateur de la Grande Loge Mixte Universelle, elle en fut la première Grande Maîtresse de 1973 à 1974. Elle fut levée au 33e degré des ateliers supérieurs en 1975.

Susy Chevet Franc-maçonne bretonneSuzanne CHEVET, (1905-1972) Institutrice. Créatrice de l’Auberge de Jeunesse de Saint-Malo. Elle participa aux Comités d'aide à la Révolution espagnole à partir de 1938 ce qui lui vaudra d’être révoquée de l'Enseignement par le régime de Vichy en 1941. Pendant l’occupation, elle organisa une filière d'évasions. Arrêtée en 1942 par la Gestapo mais elle réussit à s'évader et à rejoindre Lorient où, sous une fausse identité, elle travaille dans les bureaux du S.T.O. (Service du Travail Obligatoire) jusqu'à la Libération. Position stratégique qui lui permit de renseigner utilement la Résistance. Elle fut parmi les fondateurs, en 1947, du syndicat CGT Force Ouvrière. Elle fut initiée en Franc-Maçonnerie par la Loge "Raspail" du Droit Humain à l’Orient de Paris. Elle s'affilia par la suite à la Loge «Louise Michel". Elle anima la fraternelle maçonnique du 18e arrondissement de Paris.

 

Edith CLARK-BOITEUX Franc-maçonneEdith CLARK, De son vrai nom Edith Georgette BOITEUX, (1906-1937) Aviatrice et surtout parachutiste qui effectua des essais pour l'armée de l'air. Durant sa carrière d'aviatrice, elle battit le record féminin d'altitude pour avions légers (6.115 m). Elle se tua au cours d'un saut expérimental. Initiée le 23 mars 1926, à la Loge "Union et Bienfaisance" à l'Orient de Paris. Fondatrice de la Loge « Général Peigné Adoption », elle en fut la Secrétaire.

 

Edith COWAN franc-maçonneEdith COWAN, (1866-1932) Issue d'une famille de notables australiens, Edith fut la première femme élue pour siéger au Parlement australien. En 1915, membre de la Commission de la justice pour les enfants. O.B.E. (Officer of the British Empire). Un billet de banque australien porte son effigie. En 1916, elle fut Initiée à la Franc-Maçonnerie à la Fédération Australienne du Droit Humain.

 


Maria DERAISMES Franc-maçonneMaria DERAISMES, (1828-1894) Femme de lettres, conférencière et journaliste. Fille d'un commissionnaire en marchandises séduit par les idées de Voltaire, elle fut la première femme, qui en en 1882, fut initiée en Franc-Maçonnerie, à la Loge "Les Libres Penseurs" (Grande Loge Symbolique Écossaise) à l'Orient de Pecq. Les 1er juin 1892 et 4 mars 1893, en qualité de Maître Maçon, elle "donne la lumière maçonnique" à seize femmes de la bourgeoisie. Avec le Dr Georges Martin, elle organisa la première Loge de ce qui deviendra l'obédience mixte Le Droit Humain, mais elle mourra avant la fondation officielle de celui-ci.

 

Yvonne Dornès Franc-maçonneYvonne DORNES, (1910-1994) Yvonne Dornès est une femme de lettres et féministe française. Elle a été pionnière dans de nombreux domaines, faisant avancer l’émancipation féminine. Arrière-petite-nièce de Jules Ferry, Yvonne Dornès fera des études de droit et d'économie. Néanmoins, elle mena sa carrière professionnelle dans le domaine de la communication. Le 22 juin 1955, elle est initiée à la Loge "Isis". 6 années plus tard, elle en devient "Vénérable Maîtresse". S'affiliant aux loges "la Nouvelle Jérusalem" et "Minerve", elle sera membre fondateur de 5 autres loges : la Loge "Diana" à l'Orient de Rouen, la Loge "l'Arc-en-ciel" et la Loge "La Française" à l'Orient de Paris, la Loge "Irini" à l'Orient de Bruxelles, la Loge "La Source". Elle fut élue Grande Maîtresse de la GLFF de 1977 à 1980.

Ginette EBOUÉ-FONTAINE Franc-maçonneGinette EBOUÉ-FONTAINE, (1923-1992) Fille de Félix Eboué qui rallia le Congo à la France Libre. En 1942, elle s'évada de France et entra dans la Résistance à Brazzaville. Fonctionnaire international de l'UNESCO, responsable du programme d'aide aux mouvements de Libération nationale et de lutte contre l'apartheid en Afrique du Sud. Initiée en 1968 à la Loge le "Libre Examen", Grande Loge Féminine de France.


Gisèle Faivre Franc-maçonneGisèle FAIVRE, (1902-1997) Née le 27 septembre 1902 en Corse, Rose Marie Angèle Stefani, épouse Faivre, fut employée du Ministère des Postes. Elle consacra sa vie et son énergie à l'expansion et au rayonnement de la Franc-maçonnerie féminine. Initiée par Anne-Marie Gentily en janvier 1934 à la Loge d'adoption "Minerve" de la Grande Loge Féminine de France. Elle fut durablement influencée par Oswald Wirth. Elle fut plusieurs fois Grande Maîtresse de la GLFF. C'est elle qui fit adopter le port d'une robe noire par tous les membres de l'obédience et, inspirée d'une tradition du 19ème siècle, elle suggéra que chaque sœur porte une médaille symbolisant le titre distinctif de sa Loge. Elle fonda près de 20 loges dans lesquelles elle prît une part active.

 

Marion B Franc-maçonne Marion Halsey, Lindsay (1854-1927). Issue d'une famille fortunée, initiée dans la "Golden Rule Lodge" n ° 1 en avril 1909, elle sera élue Grande Maîtresse de la Grande Loge Féminine d'Angleterre de 1912 à 1927.

 


Marie-Thérèse Louise LAMBALLE Franc-maçonneMarie-Thérèse Louise LAMBALLE, princesse de (1750-1792) Fondatrice de la Loge d'Adoption Saint-Jean de la Candeur. En 1780 elle devint la Grande Maîtresse des loges Écossaises Féminines Régulières de France (Rite Écossais Philosophique).

 


Louise MICHEL Franc-maçonneLouise MICHEL, (1830-1905) Institutrice, ayant pris part à la Commune, elle fut déportée en Nouvelle-Calédonie. Revenue en France, elle fut condamnée à nouveau à six ans de réclusion comme anarchiste. Initiée le 13 septembre 1904 sous le parrainage de Madeleine Pelletier, à la "La Philosophie Sociale" de la Grande Loge Symbolique Écossaise Mixte et Maintenue. Accompagnée de sa marraine maçonnique, elle sera visiteuse assidue à la Loge "Diderot", Loge de la même obédience.

 

Gabriela Mistral Franc-maçonGabriela Mistral, (1889-1957), de son vrai nom Lucila de María del Perpetuo Socorro Godoy Alcayaga. Institutrice, éducatrice, diplomate, féministe et poétesse chilienne. Elle mit en place un système de bibliothèques et d'écoles pour le compte du gouvernement mexicain en 1922. Prix Nobel de Littérature en 1945. Doctor honoris causa du Mills College d'Oakland, en Californie. Proche des milieux intellectuels, elle sera une Franc-Maçonne remarquée.


Marianne MONESTIER, de son vrai nom Renée Madeleine Dupuy-Mazuel (1908-1981) Romancière, auteure dramatique, journaliste de radio et de presse, fondatrice d'un journal féminin. En tant que femme de lettres, elle a écrit, entre autres, Les Sociétés Secrètes féminines. Elle fut initiée en 1957 à la Loge "La Nouvelle Jérusalem" (Grande Loge Féminine de France) à l'Orient de Paris.


Madeleine Pelletier Médecin, féministe et franc-maçonneMadeleine PELLETIER, (1874-1939) Médecin, elle était issue d'une famille pauvre. Madeleine Pelletier était une militante féministe et socialiste libertaire française. Pugnace, elle fut la première femme médecin diplômée en psychiatrie en France malgré un parcours scolaire chaotique. Initiée le 27 mai 1904 à la "La Philosophie Sociale" de la GLSEMM (Grande Loge Symbolique Écossaise Mixte et Maintenue) Elle fut affiliée à la Loge "Diderot", Loge de la même obédience dont elle en prendra le "premier maillet" de Vénérable Maîtresse. En juillet 1906, elle fut fondatrice d'un nouvel atelier "Stuart-Mill". En 1937, elle adhéra au groupement fraternel des maçons pacifistes intégraux "Mundia". Elle mènera, sans trêve, tout au long de sa vie, un combat pour les femmes et pour la paix. 

Simone RASPAIL, (1908-1991) Arrière petite-fille du grand Franc-Maçon que fut François-Vincent Raspail, Simone est reçue major à l'internat des hôpitaux psychiatriques de la Seine et devient plus tard Pharmacien en Chef des Hôpitaux de la région parisienne. Elle fut à l'origine de nombreuses mesures sociales en termes de soins médicaux. Fondatrice du "Laboratoire Enfance et famille", elle fonde également le laboratoire d'analyse médicale de la Mutuelle Générale de l'Education Nationale. Initiée en 1976 à la "Loge Hélios" (Grande Loge Féminine de France) à l'Orient de Versailles.

Elise Rouet (1918-1998) Franc-maçonneElise ROUET, (1918-1998) Cette institutrice puis fonctionnaire de la fonction publique à la Préfecture de Pau était issue d’une famille modeste. Pendant la guerre 39/45, attachée aux valeurs républicaines, elle s’engagea dans la résistance à 21 ans. Elle fit passer en Espagne des personnes recherchées par la Gestapo. À ce titre, elle fut Commandeur de l’Ordre National du Mérite, Officier de la Légion d’Honneur, Croix de Guerre 39/45, Médaille de la Résistance, Croix du Mérite polonais avec épée. À la Libération, elle œuvra dans diverses actions sociales. Attirée par l’idéal maçonnique, elle est initiée en 1955 à la Grande Loge Féminine de France. Elle s’affilia au Droit Humain en 1960. Elle fut Vénérable de la Loge de Pau et fut entre autres responsabilités nationales, membre du Suprême Conseil du DH. Au sein de l’obédience elle a gravi les différents degrés pour atteindre le 33° et dernier degré de l’Ordre. Pour sa rigueur au travail, son respect des règles, sa chaleur humaine, ses contemporains Francs-Maçons ou profanes, ont gardé d’elle, le souvenir d’une "Grande Dame"

Clémence ROYER Franc-maçonneClémence ROYER, (1830-1902) Clémence était issue d'une famille de royalistes légitimistes qui soutint la duchesse de Berry. En 1840 Clémence est envoyée dans un couvent normand pour y faire ses études. Elle est alors attirée par le mysticisme. La famille revient à Paris en 1843. C’est dans cette ville qu’elle va vivre la Révolution de 1848, s’éloigner définitivement de la religion et devenir Républicaine. La mort de son père en 1849 l’oblige à gagner sa vie. Cette philosophe et scientifique française commença dans la vie active comme gouvernante. C'est en consultant la bibliothèque de ses patrons qu'elle se passionna pour la philosophie. Elle se prit d''intérêt pour la biologie, l'anthropologie et l'économie politique. Clémence s'installa en Suisse en 1860 et donnera des cours de logique. Elle reviendra en France 10 années plus tard suite à son admission à la Société d'Anthropologie de Paris. Melle Royer fut la première femme à être admise dans cette institution. Elle appartint au groupe des femmes d'élite qui fondèrent avec Maria Deraismes la première obédience mixte française ; le Droit Humain. Authentique savant, elle fut traductrice d'"Origine des Espèces" de Darwin. Elle fut initiée le 14 mars 1893 lors de la première tenue de la Loge mixte "Le Droit Humain". Elle en sera plus tard, Vénérable Maître d’honneur.

Danseuse et franc-maçonneMary Wigman, (1886-1973). Issue de parents fabricants de cycles, Mary Wigman fut une danseuse talentueuse. Elle créa une chorégraphie pour la cérémonie d'ouverture des J.O. de la jeunesse de 1936 du nom de " plainte aux morts". N'appréciant pas son œuvre, les autorités nazies mettent son école sous tutelle. Très marquée par la montée du nazisme, elle inscrit son art dans un expressionnisme violent. Elle réduit l'orchestre à la percussion et cherche l'expression tragique du sentiment. Sa chorégraphie la plus connue demeure "La Danse de la sorcière" . Elle fut initiée à la Loge "Libertas et Fraternitas".

 

Retour